La Suisse n’est ni laxiste ni xénophobe

La votation du 9 février 2014 sur l’immigration de masse a fait couler beaucoup d’encre, et  les commentaires ont fusé de toute part, dans les journaux, réseaux sociaux, blogs et j’en passe.

Ce n’est pas une image juste, c’est juste une image

Certains partisans ont accusé les opposants d’être laxistes, légèreté et de ne pas avoir de  conscience nationale etc., et certains opposants ont accusé les partisans d’être  xénophobes, bêtes, racistes et j’en passe. ‘Ce n’est pas une image juste, c’est juste une image’ (Jean-Luc Godard). La grande majorité des Suisses sont ouverts et ont une conscience nationale, quoi qu’ils aient voté.

2 chemins incertains

2 chemins s’ouvraient à nous, tous 2 boueux et difficiles, un choix qui ne s’est pas fait que par des extrémistes mais par un panachage de pensées, et le résultat démontre bien que la balance ne permet pas de décerner, à l’œil nu, une pensée unique mais bien un arc-en-ciel de pensées, et qui doit, et ce sont bien là les difficultés de la démocratie, être assumé par toute la population, en toute intelligence et créativité. Nous pouvons rester ouverts comme nous l’avons toujours été sans perdre notre souveraineté, et nous pouvons garder le contrôle de nos frontières sans devenir xénophobes.

Ce qui est excessif est insignifiant

Cette phrase du conseiller fédéral Daniel Burkhalter suite au commentaire de Arnaud Montebourg est pleine de bon sens et s’applique à de nombreux autres commentaires de tous bords, quelques réactions en lien (parmi tant d’autres)

Christophe Blocher(…conscience nationale faible)
Arnaud Montebourg (Suicide collectif)
Astrid Lulling (avec des citoyens aussi bêtes…)
Revue Nature (swiss xenophobia)

Et bien il avait raison, tous ces commentaires (et peut-être les gens qui les ont fait), sont insignifiants, elles ont fait le buzz et vont disparaitre dans l’oubli, car les gens de bonne volonté vont continuer à croire et se battre pour ce que nous sommes, et ne pas avoir peur des conséquences de nos actes passés, car la peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine… mène à la souffrance. (Maître Yoda) 😉

Nul ne sait ce qu’un choix plutôt que l’autre n’impliquera, comme un joueur d’échec qui  ne sais pas quel déroulement prendra la partie suite à  un coup incertain. (sauf peut-être un grand maitre d’échecs)

Au lieu de nous déchirer pour savoir s’il faut contrôler les flux migratoires, entraidons nous avec nos voisins et que chacun profite de l’expérience de l’autre pour trouver des solutions communes tout en respectant les spécificités et aspirations de chacun pour que travailleurs, étudiants, chercheurs et autres puissent s’épanouir.

Installation FreeCAD 013 sur OpenSuse 13.1

FreeCAD 013, très bon logiciel libre CAO 3D que j’utilise por faire mes pièces à imprimer en 3D n’a malheureusement pas de paquet prêt pour OpenSuse 13.1. Voici un bref résumé de l’installation (compilation), me suis basé sur diverses infos, principalement  le site officiel:

http://www.freecadweb.org /wiki/index.php?title=CompileOnUnix

Allons déjà dans ‘home’ et ajoutons les sources pour les dépendances (rapide):

il faut ‘Truster’ les sources quand demandé

cd
sudo zypper addrepo http://download.opensuse.org/repositories/home:happenpappen:Robotics/openSUSE_Factory/home:happenpappen:Robotics.repo
sudo zypper addrepo http://download.opensuse.org/repositories/games/openSUSE_13.1/ Games
sudo zypper addrepo http://download.opensuse.org/repositories/KDE:/Extra/openSUSE_13.1/ KDE:Extra

On Rafraichitla base (un peu moins rapide)

sudo zypper refresh

Et on lance l’installation des dépendances (ça c’est déjà plus long)

Il faut accepter l’installation des paquets quand demandé

sudo zypper install eigen3 swig gcc cmake OpenCASCADE-devel libXerces-c-devel python-devel libqt4-devel python-qt4 Coin-devel SoQt-devel boost-devel  libode-devel libQtWebKit-devel libeigen3-devel gcc-fortran python-matplotlib libspnav-devel

Récupérons le code source qu’on sauvegarde dans notre ‘home’ à l’adresse : http://sourceforge.net/projects/free-cad/files/FreeCAD%20Source/

On décomprime en on entre dans le répertoire (rapide):

tar -zxvf freeCAD..... (nom du fichier téléchargé)
cd freeCAD..... (nom du répertoire dans lequel ça a été décomprimé)

Et on lance la compilation (a pris plus d’une heure sur mon vieux NB)

cmake .
make

Ne reste plus qu’à lancer FreeCAD (si tout s’est bien passé)

./bin/FreeCAD

snapshot1